Pôle Image Maroni – Atelier Vidéo Multimédia – Guyane 2022-09-13T09:29:16-03:00
PASSEURS D'IMAGES
EN SAVOIR PLUS
ATELIER D'EDUCATION ARTISTIQUE & CULTURELLE
Un dispositif pour les écoles, collèges, lycées
EN SAVOIR PLUS
École, Collège, Lycéens et Apprentis au cinéma
Un dispositif en partenariat avec l'association GCAM
EN SAVOIR PLUS
Précédent
Suivant

COUP DE PROJECTEUR SUR...

LA CRÉATION EN PARTAGE :

Courant 2022, le Pôle Image Maroni a répondu à l’appel à projet Jeunesse outre-mer, lancé par le Ministère des Outre-mer ; 32 ont été retenus, dont 4 en Guyane. Le PIM fait partie des lauréats avec un projet porté par l’association Libacadabra dans le cadre du dispositif Passeurs d’Images.

Ce projet a pour ambition de créer une dynamique d’insertion professionnelle autour de la réalisation d’un court-métrage de fiction sur un mode : exigeant, innovant, participatif et économique.

Exigeant : avec Hugo Rousselin, réalisateur et scénariste, intervenant régulier dans nos ateliers. Il a participé activement à la création de ce projet. Il mènera la direction artistique et coordonnera la formation des jeunes. Swann Arlaud comédien de renom accompagnera la direction d’acteur. Deux sociétés de production sont pressenties pour s’engager dans le projet afin de permettre au film une production professionnelle et une diffusion en festival. Création et esthétisme sont donc au rendez-vous !

Innovant : car reposant sur un mode de production alternatif participatif : chaque jeune sélectionné aura défini le corps de métier qui l’intéresse et dans lequel il souhaite développer ses compétences (images, sons, écritures, mise-en-scène, logistique, etc…). Il sera tutoré et formé par le chef de poste du secteur d’activité qu’il aura choisi et participera à tout le processus d’élaboration d’un film dans ce secteur.

Economique : chaque chef de poste engagé dans le projet, en charge de l’accompagnement pédagogique accepte d’être rémunérer au smic afin de ne pas alourdir le processus de production du film.

L’archéologie du contemporain

« Les jeunes avec qui je travaille sont généreux dans la manière de me transmettre leur culture. Souvent les thématiques qu’ils choisissent pour leurs films sont empreintes de magico-religieux… faire des films avec eux, c’est entrer en connaissance de parts très intimes de leur culture. Faire des ateliers c’est un échange à double sens, je suis ignorant de la majeure partie de ce qu’ils sont et ils ne connaissent pas le métier du cinéma, alors chacun essaye d’aller vers l’autre dans un but commun, celui de faire un film qui les touche dans la forme comme dans le fond. » Hugo Rousselin (réalisateur, intervenant pour le Pôle Image Maroni.

DERNIÈRES ACTUALITÉS